Paris.fr
Accueil

Miller Levy au collège Jacques Decour (9e)

2 Août

Devant l’œuvre de Miller Levy © Claire Boustani - FMAC, Paris

Devant l’œuvre de Miller Levy © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

En ce vendredi 7 juin pluvieux, Miller Levy s’est rendu au collège Jacques Decour (9e) rencontrer une classe de 3e qui travaille autour de sa série des Oulipismes exposée au CDI. Il s’est présenté aux élèves comme un « artiste de variétés » car il produit un art varié et fonctionne par idées.

 

Miller Levy présentant son travail aux élèves © Claire Boustani - FMAC, Paris

Miller Levy présentant son travail aux élèves © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Avec une inventivité prolixe fortement matinée d’humour et d’autodérision, Miller Levy interroge les éléments constitutifs de l’élaboration des images et du langage. Tel un « scientifique de l’absurde » (l’artiste appartient d’ailleurs au collège de Pataphysique), il opère des rapprochements de formes et de mots, questionnant sur la réalité des choses. « Le milieu de l’art est un milieu dangereux avec des commissaires et des inspecteurs » explique-t-il aux élèves tout sourire. Pour « se défendre », l’artiste fabrique des « pièges » qui nous confrontent avec la capacité du langage à faire advenir des choses qui n’existent pas. Pour chacune des œuvres qu’il présente aux collégiens – de son travail autour des brûleurs (Planète brûleur) à son salon en chewing-gum (Showing-home) en passant par ses modelages dans des boîtes de cirage (Ozokérit) – l’artiste leur demande ce qu’ils voient, distribuant des cartes postales à ceux qui lui donnent la bonne réponse. Au fur-et-à-mesure de sa présentation, il invite les élèves à se questionner sur leur perception des choses, sur leur rapport au langage et à la vision.

 

© Claire Boustani - FMAC, Paris

© Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Devant la vidéo "Hic manebimus optime" © Miller Levy

Devant la vidéo « Hic manebimus optime » © Miller Levy

 

Pour sa série des Oulipismes, dont trois pièces sont exposées au collège (Histoire de la vie – Les origines de la vieillesse, L’enseignement pacifique – La coexistence à distance, La littérature belge ondulatoire – la mécanique d’expression française), Miller Levy a consciencieusement massicoté deux ouvrages de la collection Que sais-je ? qu’il permute entre eux, créant des rencontres textuelles déroutantes et poétiques. Au-delà du rire, ces nouvelles propositions provoquent le trouble par leur réalisme. Elles questionnent sur les limites de la connaissance et notre soif de savoir. Par son titre, cette série rend hommage à l’Oulipo, OUvroir de LIttérature POtentielle fondé par Raymond Queneau et qui prône le développement de la littérature sous contraintes.

 

© Claire Boustani - FMAC, Paris

© Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Composition de la phrase à partir de mots découpés dans des manuels scolaires © Claire Boustani - FMAC, Paris

Composition de la phrase à partir de mots découpés dans des manuels scolaires © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Suite à la présentation de l’artiste, et en lien avec l’œuvre et l’Oulipo, les élèves ont été invités par leurs professeures de français et d’arts plastiques, à composer une phrase à partir de mots découpés dans d’anciens manuels selon différentes contraintes. Ces phrases ont été exposées au CDI en-dessous de l’œuvre.

 

Exposition des phrases composées © Claire Boustani - FMAC, Paris

Exposition des phrases composées © Claire Boustani – FMAC, Paris

 

© Claire Boustani - FMAC, Paris

© Claire Boustani – FMAC, Paris

 

© Claire Boustani - FMAC, Paris

© Claire Boustani – FMAC, Paris

 

Pas encore de commentaire

Faire un commentaire